SAINTONGE: Une histoire de pierres

 

SAINTONGE


UNE HISTOIRE DE PIERRE

 

Qu’appelle-t’on la Saintonge « Xaintonge » ?

 

 

La Saintonge est une ancienne province française qui se se situait entre la Gironde et la Charente. Aujourd’hui elle est à cheval sur la Charente et la Charente-Maritime et la capitale est Saintes. Les limites de cette région ont évolué avec le temps. Je consacre cette page à ses vestiges du passé pour ceux qui veulent découvrir cette « Saintonge » et de leur donner envi d’aller plus loin dans leurs connaissances. Les lieux et monuments que je présente se situent depuis l’est de Bourg-Charente jusqu’à Sablonceaux en passant par Talmont sur Gironde et jusqu’au sud de Montguyon.

 

Pourquoi une histoire de pierre ?

 

Comme partout ailleurs, ce qui reste du passé, ce patrimoine visible résulte de ce qu’on a extrait du sol, du terroir. Ces vestiges en ruine, préservés ou restaurés témoignent d’un savoir-faire ancien, d’un art de vivre qui s’est bien étiolé aujourd’hui. Toutes ces constructions, quelque soit leurs fonctions et symbolique donnent cet aspect organique au paysage et résistent au temps qui passe et à une modernité controversée.

 

I/ DE LA PREHISTOIRE A L’ EPOQUE GALLO ROMAINE :

 

La Saintonge renferme encore des trésors datant de cette époque. Certains vestiges sont protégés et accessibles avec guide et d’autres peuvent surgir au détour d’un sentier lors d’une randonnée.

 

DOLMENS

 

 

Des dolmens ou pierres levées sont encore visibles dans la vallée de la Charente. Par exemple le Dolmen de Saint Fort sur-le-Né :

Dolmen

Ce dolmen se dresse au milieu d’un vignoble et présente une particularité, celle d’une hauteur imposante : 2,20mètres. D’autres dolmens sont visibles sur les communes de Cognac, Saint Brice et Châteaubernard ce qui montrent une activité certaine des celtes.

 

D’autres vestiges celtes se trouvent en Saintonge : près du village du Maine dans l’arrondissement de Montguyon. Cette construction mégalithique mesure 16 mètres de long et date d’environ 4000 ans av JC. Elle se nomme « La Pierre Folle » d’après une légende où la plus grosse pierre (30 tonnes) ferait trois tours sur elle-même lorsque la cloche de Vassiac sonne la messe de Noëlle. 

Montguyon et son dolmen

 

VESTIGES GALLO-ROMAINS :

 

Les pierres utilisées pour de nombreuses constructions en Saintonge est le moellon (pierres de calcaire plus ou moins tendre et de petite taille) ou la pierre de taille (gros blocs à arrête vive taillée par le tailleur de pierre).

 

LA TOUR DE PIRELONGE

 

 

Un vestige se dresse au milieu d’un carré de vigne non loin du bourg de Saint Romain de Benêt. Cette construction en moellons se dresse sur 25 mètres de haut et sa base carrée mesure 6 mètres de côté. Après de nombreux sondages cette construction s’avère pleine et ne contient donc aucune chambre intérieure. Les historiens se sont penchés sur la fonction de cette tour et plusieurs hypothèses furent émises. Cela pourrait être une borne, un monument funéraire ou bien un amer (point facilement rpérable pour la navigation maritime). L’hypothèse d’une sorte de borne est envisagée car un réseau de voies romaines entre Blaye et Saintes passait quasiment au pied de cette Tour et lors de fouilles archéologiques dans les environs on y a découvert des restes celtiques (tumulus) et camps romains.

Tour de Pirelonge

 

AMPHITHEATRE DE SAINTES

 

Amphithéâtre

 

 

Cet amphithéâtre dont la construction s’acheva en 40 après J-C fut la scène de terribles et sanglantes représentations offertes à de nombreux spectateurs. De cette arène deux portes, une située à l’est et l’autre à l’ouest tenaient deux rôles : l’une laissait entrer les gladiateurs et laissait sortir les vainqueurs et l’autre laissait sortir les dépouilles de gladiateurs pour les emmener à la nécropole.

 

VESTIGES D’UNE VILLE ROMAINE A SAINTES

 

 

Dans les anciens abattoirs (XIXème) on y a entreposé les vestiges d’une ville romaine. C’est un lieu incontournable pour y admirer pilliers, chapitaux, bas-reliefs …

  Vestiges d'une ville romaine à Saintes

 

ARC DE GERMANICUS

 

 

Cet arc qui n’est pas un arc de triomphe fut inauguré en 14 ap JC pour l’empereur Tibère, son fils et son neveu adoptif, Germanicus qui reçut les honneurs militaires en 18 . Il symbolise alors l’entrée dans la ville par la voie romaine Lyon –Saintes.

Arc de Germanicus

II/ MOYEN AGE


En Saintonge on ne peut éviter d’ignorer nos églises chef-d’œuvres de l’art roman. L’art roman s’inspire des Carolingiens, celtes? de l’antiquité et même de l’art byzantin. A partir du Xème siècle des phénomènes d’ordre religieux font leur émergence tels que les croisades ainsi que le pèlerinage de Saint Jaques de Compostelle. Par ailleurs l'ordre de Cluny inflença fortement la construction de nouvelles églises. La Saintonge se situe sur un plateau calcaire et continue à être le berceau de sculpteurs.  L’art roman prend véritablement son essor durant le Xième siècle et les hommes qui circulent plus que naguère transportant objets et reliques contribuent à renouveler le style des édifices religieux. Les artisans sculpteurs, tailleurs de pierre et bâtisseurs trouvèrent toute l'inspiration dans ce calcaire agréable à sculpter et se mirent à ciseler, entailler cette roche avec finesse et précision. Les motifs sont riches en symboles et 'émotions.

L’église, lieu de recueillement va se vêtir de sculptures, colonnettes, corniches, voussures richement sculptés. Ces nouveaux édifices assez massif ne présentent pas forcément de transept, mettant ainsi en valeur l’autel, le sanctuaire. La façade à arcades richement sculptées s’oppose à l’abside polygonale, ronde ou plate. Les murs sont très épais et les ouvertures petites pour y laisser entrer une lumière diffuse favorisant la prière.

 

En Saintonge les églises romanes présentent des caractéristiques assez variées selon les moyens.

 

EGLISE DE BOURG-CHARENTE

 

Eglise de Bourg sur Charente

Construite au XIIème siècle elle présente une façade à trois étages d’arcatures, un portail à quatre voussures. L’abside présente plus de sculptures avec colonnettes.

 

 

 

EGLISE DE GENSAC LA PALLUE

 

 

Datant du XIIème siècle, elle présente une nef à quatre coupoles, une façade à trois étages d’arcatures et d’un portail à trois voussures et d’une abside richement décorée.

  Eglise de Gensac la Pallue

 

EGLISE DE SAINT LAURENT DE COGNAC

 

Eglise de St Laurent de Cognac

 

Elle fut construite au XIIème siècle (nef et chœur). Sa façade avec son portail à trois voussures sont richement sculptés. Puis au Xvème siècle un bas-côté fut ajouté ainsi qu’une chapelle.

 

 

 

EGLISE DE RETAUD

 

 

C’est une église romane absolument remarquable et qui fait souvent l’objet d’études pour les étudiants des beaux arts. La façade est simple à deux étages, mais seulement le premier est décoré. Le portail à trois voussures est sculpté. Ensuite du côté de l’abside, c’est la corniche qui attire notre regard avec ses masques humains dont certains seraient le portrait des hommes qui auraient marqué leur époque. Dans le monde artistique on parle « des têtes de Rétaud ». L’abside est sculptée finement dans le style roman-byzantin avec ses fenêtres, colonnettes et corniche. L’abside peut se divisée en trois parties, du bas vers le haut. Le bas plus lisse vous invite à lever les yeux vers les cieux pour y découvrir ces fines sculptures et ornements typiques de l’art roman.

  Rétaud

 

EGLISE DE SAINT ROMAIN DE BENET

 

 

Eglise dont la construction commença au XIIème siècle mais qui fut souvent endommagée : incendie, révolution… Sa particularité réside dans ses deux coupoles qui sont restées apparentes ce qui lui donne de loin de faux airs orientaux.

  Eglise de St Romain de Benet

 

EGLISE DE MOINGS

 

 

Cette église fut construite en deux fois. Au Xième siècle, la nef fut érigée et recouverte d’une charpente. Puis au XIIème l’abside éclairée de trois fenêtres fut rajoutée. Quant à son clocher, unique en France, est d’une architecture très riche avec ses douze baies à colonnettes et dont les quatre angles sont abattus. A l’intérieur vous y trouverez des fresques et graffiti de l’époque.

Eglise de Moings Clocher de l'église de Moings

 

EGLISE DE TALMONT SUR GIRONDE


 

 

L'église Sainte Radegonde fut en premier lieu une chapelle erigée au VIème siécle. Puis au XIIème siècle le Bénédictins de Saint Jean d' Angély fit construire une église de style roman pour les jacquets (pélerins de Saint Jacques de Compostelle). Cette église fut reconstruite après avoir subit quelques dommages, mais elle conserve de beaux attributs de l'art roman. La façade ouest est austère et ramassée car subit les rafales et embruns alors que l'abside et la façade est sont richement sculptés. Cette église s'insère parfaitement dans cette bastide surplombant la Gironde construite sous Edouard Ier sur le modèle des bastides de l' Aquitaine. Talmont est un village classé et conserve toute sa splendeur de l'architecture rurale vernaculaire charentaise avec ses ruelles bordées de roses trémières et ses maisons de moellons ou pierres de taille.

 

 

EGLISE DE THAIMS

 

 

A l’opposé cette église romane est très simple et ne présente guère de sculptures.

Eglise de Thaim Eglise de Thaim Eglise de Thaim

 

ABBAYE DE SABLONCEAUX

 

 

Son église a perdu de ses caractéristiques romanes et comprend des structures gothiques (baies et chevet).

  Porche

 

CATHEDRALE SAINT PIERRE DE SAINTES

 

Eglise St Pierre à Saintes

 

Cette cathédrale fut témoin de destructions et reconstruction. Ainsi au début elle était de style roman puis on la reconstruisit sur un style gothique flamboyant au XVème siècle. Son clocher-porche de 58 mètres de haut se termine par un dôme de cuivre. Ce clocher domine Saintes et devait culminer à 96 mètres avec une flèche en pierre. Sa structure pyramidale nous invite à lever les yeux et à découvrir le haut de la nef et toute cette architecture du gothique flamboyant annoncé par ses arc-boutants..

Eglise St Pierre à Saintes

 

EGLISE SAINT EUTROPE DE SAINTES


Eglise St Eutrope à Saintes

Tout d’abord au VIème siècle une église fut construite à l’emplacement du tombeau de Saint Eutrope évêque du IIIème siècle. Puis comme cette église se trouvait sur le chemin des pèlerins de saint Jaques de Compostelle, les clunisiens vinrent et construisirent un nouvel édifice. Ce fut un lieu de culte incontournable pour les pèlerins traversant la Saintonge.

Cependant au Xvème siècle, une partie fut détruite pour laisser place à une grand chapelle gothique. Au XIXème siècle d’autres bouleversements firent disparaître des caractéristiques romanes.

Eglise St Eutrope

Cette église repose sur une crypte plutôt vaste à piliers richement ornementés.

Tombe de St Eutrope   Crypte

 

 

IV/ AUTRES CONTRUCTIONS

DU MOYEN AGE A NOS JOURS


 FONTAINES


Fontaine et église de Fontcouverte Fontaine Fontaine Fontaine près de Cognac

 

PUITS


    Puits Puits

 

LAVOIRS


Fontcouverte :


  Lavoir à Fontcouverte Lavoir à Fontcouverte

 

Vanzac :


  Lavoir de Vanzac

 

Saint Laurent de Cognac :


  Lavoir de St Laurent de Cognac

 

HALLES


Halles médiévales de Pisany


  Les Halles de Pisany

 

 MOULINS A VENT


Moulin en ruine Moulin de Jonzac

 

 

PONT AUX ÂNES

 

 

PONT DE ROMAS

 

Un pont aux ânes? Oui, vous l'avez bien dit. Parfois lorsque les villageois devaient se rendre à leur moulin, au village voisin etc... ils devaient traverser une rivière avec leur âne chargé. Or cela arrivait qu'il n'y avait pas de pont. C'est e qui arriva aux villageois de la vallée du Trèfle en Charente-Maritime (Haute -Saintonge). Les paysans ont dû penser, concevoir un pont pour traverser cette rivière et atteindre le moulin à vent sur la colline. Ils ont défini la largeur (70 cm), la longueur (25m) et la hauteur prenant en considération les phénomènes de crue habituelles d'hiver. Ainsi ils trouvèrent des dalles de pierre plate (1700kg) et construirent ce pont. Ainsi l'âne chargé de sacs  de grain commença la traversée. Mais il s'arrêta net. Il perdit l'équilibre et le grain fut trempé. Un ancien du village leur conseilla de prendre des pics et de creuser un sillon de dix pouces de large et assez profond au milieu du pont. Ainsi, l'âne chargé marche dans ce sillon et les sacs qui touchent presque le sol effleurent les bords élevés du pont et ces bords permettent à l'âne de retrouver son équilibre et ne percevant plus d'obstacle continue d'avancer. Ces ponts que l'on peut rencontrer en Charente permettaient aussi aux femmes de traverser et facilitaient le transport de marcha ndises.

Ainsi c'était la petite histoire du pont de Romas appelé à tord pont romain car il aurait été construit à la fin du XVIIIème siècle. 

PONT DE ROMAS PONT DE ROMAS PONT DE ROMAS PONT DE ROMAS

 

 TIMBRES SAINTONGEAIS

Parallépipède taillé dans un seul bloc de pierre servant autrefois d'abreuvoir et reconverti aujourd'hui en massif de fleurs

 

Timbre

 

ECOULEMENTS D'EVIER


Evier ECOULEMENT D'EVIER

 

PORCHES OU PORTAILS


BOURG-CHARENTE SAINT ROMAIN DE BENET SAINT ROMAIN DE BENET

 

III/ STYLES DE MAISONS

 

LONGERES

Maison type longère

Habitation en deux parties dont la partie basse était consacrée aux activités agricoles: étable, écurie... La partie haute avec un ou duex foyers étaient réservés aux familles. S'il y avait un étage, c'était sous les combles d'où les petites ouvertures comme le montre la photo. La longère était construite avec des moellons et les arrêtes de maison pouvaie nt être faites de pierres de taille.

                        Encadrement des fenêtres en pierres de taille     

On y voit l'anneau qui servait à atteler son destrier.

 

MAISONS SAINTONGEAISES


Evolution de l'habitat: utilisation des pierres de tailles et ajout d'un véritable étage. Les dimensions sont plus massives. C'étaient les riches propriétaires qui y habitaient alors que les longères étaient réservées aux journaliers...

Le toit est remarquable avec ses quatre pans, typique des demeures saintongeaises.

 

MAISONS DE FERME

FERME SAINTONGEAISE FERME SAINTONGEAISE

Souvent entourée d'un muret de moellons ou pierres de taille elles comprennent le lieu d'habitation et des annexes réservées aux activités de la ferme: agriculture, élevage et surtout la viticulture. On y entre par un portail massif dont les poteaux sont souvent sculptés.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×