Bec de L'Aigle, Téton de Vénus

 

Rando Bec de L’Aigle et Téton de Vénus

bec-de-l-aigle-topo.jpg

Départ : Parking de la station de Fond d’Alagnon (1195m). Je déconseille fortement de faire la boucle en sens inverse car au niveau du Bec de L’aigle, le sentier sera trop raide, technique sur certains passages donc dangereux pour les enfants et personnes peu habituées à ce type de terrain.

On repère le panneau de balisage et on monte dans la forêt. A l’orée de celle-ci, à l’approche du Bec de L’Aigle vous découvrirez de Juin à Août une fleur très particulière qu’il ne faut absolument pas toucher, car elle est non seulement protégée mais aussi mortelle et très toxique au simple toucher !

C’est l’Aconit Napel d’un bleu cobalt et l’aconit tue-loup aux fleurs jaunes. Elles se mélangent aux autres fleurs et aux digitales.

 

L’aconit Napel :

image-aconitum-napellus.jpg

Cette plante fut jadis considérée comme une plante magique associée à la magie noire. Appelée aussi Casque de Jupiter, elle était crainte comme la peste noire par les loups garous, vampires et démons. Elle pousse entre 800 et 2500 mètres d’altitude près des cabanes de berger, les torrents et endroits humides. L'Aconit napel est l'une des plantes les plus toxiques de la flore d'Europe tempérée (la plus toxique de France). L'empoisonnement par cette plante a été décrit dès 18452. Toute la plante est vénéneuse. Les molécules toxiques sont des alcaloïdes diterpéniques. L'alcaloïde principal est l'aconitine. L'aconitine entraîne la mort par paralysie des différents systèmes vitaux, elle engendre également entre autres symptômes des sueurs, une mydriase, une hypersalivation jusqu'à la mort. Il n'existe aucun antidote à cette toxine. On considère qu'une ingestion de 2 à 3 g de racine est suffisante pour entraîner la mort. On dit aussi qu’une feuille peut entraîner la mort de 10 hommes.

L’aconit tue-loup :

aconit-tue-loup.jpg

Ici la fleur est plus allongée et jaune et on la trouve avec l’aconit napel dans les endroits rocailleux, à l’orée des forêts… jusqu’à 2400m d’altitude. Elle est tout aussi mortelle pour l’homme. Très vénéneuse elle était utilisée dans l’Antiquité pour empoisonner les flèches, et plus récemment dans les appâts à loups et renards.

Vous grimpez sur les rochers du Bec de L’aigle et suivez le sentier assez escarpé bordé d’une flore très riche et très caractéristique du milieu. Vous passez la roche de Vassivière  Vous vous dirigez vers le Téton de Vénus (1669m). Après son ascension et la vue en 360° sur le massif (Plomb du Cantal, Puy Griou, Puy Mary, Puy de Peyre-Arse…) vous redescendez sur l’arête vers le Puy de Bataillouse (1683m). Je vous conseille ensuite de le redescendre en revenant sur vos pas et de prendre le sentier qui passe en-dessous. Le puy se prolonge et se termine en une falaise d’une bonne dizaine de mètres de hauteur. On s’équipe ou on descend de quelques mètres afin de prendre un sentier sur sa gauche en désescaladant face à la falaise. L chute peut-être fatale et il ne faut pas encourager les autres randonneurs qui arrivent et pensent pouvoir le faire !!!

Ensuite vous redescendez à ce col de Rombière et suivez le GR qui redescend à la station.

Suivez la rando pas à pas en cliquant sur la vidéo :

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×