CABRESPINES ET SES BURONS

RANDO DEPUIS MANDAILLES

VIA ST JULIEN DE JORDANNE

ET MONTEE A CABRESPINE (1560m)

cabrespine-topo.png

Dans la vallée de Mandailles, toute une vie agricole s’anime comme le témoigne ses fermes, vacheries, burons, granges et étables de caractère. Sur « l’épine de chèvre » (Cabrespine) un buron a été restauré et peut servir de refuge (il faut prévoir matelas, sacs de couchages).

Le buron :

C’est un habitat temporaire, utilisé seulement pendant les cinq mois d’estive de mi-mai à mi-octobre. C’est un petit bâtiment rectangulaire aux murs épais et de lauzes ou phonolites tombant à terre afin de se préserver des vents violents, orages et tempêtes de neige. Certains comprennent un abri pour les veaux, le vedelat et aussi d’une loge pour engraisser les cochons au petit lait.

Le buron est séparé de deux pièces : la première est le logement du vacher et de son aide, le boutillier, et la deuxième à la fabrication du fromage. Voûtée et sombre, elle comporte une cheminée et une maigre ouverture, le fenestrou.

Les premiers burons étaient creusés à même la terre en pente et protégés d’un auvent de feuillage. Les seuls qui perdurent aujourd’hui même en ruine datent du XVIIIe siècle. Auparavant les cantalous parlaient de « fogal », « mazuc ». Pendant ce siècle les burons se sont multipliés et leur confort a évolué. Cependant depuis la seconde guerre mondiale ils furent délaissés.

Le départ s’effectue à Mandailles et prenez le chemin qui mène à ST Julien de Jordanne puis une route qui monte dans les hameaux, fermes, vacheries… Puis le sentier vous emmène dans les sous-bois jusqu’à ensuite monter sur le plateau en dessous du Puy de Bassierou. Là vous découvrez des burons en ruines et d’autres dans les prairies d’altitudes qui s’étendent derrière vous.

Plus haut c’est le buron de Cabrespine qui se dresse encore sur une hauteur juste avant la crête rocheuse. Une partie fut restaurée afin de servir de refuge aux randonneurs. Une cheminée semble en état et des supports en bois servent de sommiers. Deux tables avec bancs devant la cheminée assurent des soirées conviviales. A l’arrière une pièce sombre peut servir à stoker sacs, matos… A côté de la partie restaurée on découvre une partie en ruine.

Contournez le buron et longez la crête rocheuse où encore d’autres vestiges de burons sont visibles. Enfin vous descendez jusqu’au lieu « Le Piquet » pour emprunter la sente de retour qui descend à Mandailles.

Pour voir la rando pas à pas cliquez sur le diaporama :

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×