CIRQUE DE LESCUN

 

CIRQUE DE LESCUN

3 randos à la journée

weekend du 11 novembre 2011

Par le CD FFME 17

lescun-nikon-1-1.jpg

Tout d'abord ce cirque offre des ambiances bien différentes et est dominé par le Billare, le Pic d'Anie et le Pic d'Ansabère. Ce cirque aux roches calcaires nommées lapiaz ou karren vous invitent à la flânerie...

Les lapiaz :

« Les calcaires, roches particulièrement solubles, rarement homogènes, résistent inégalement à 'action corrosive de l'eau de pluie qui contient quelque 2,4% de gaz carbonique en dissolution. Aussi les eaux de ruissellement peuvent-elles sculpter dans le sens de la pente sur des bancs de roches calcaires peu inclinés, dont elles accusent l'hétérogénéité, des cannelures dont la dimension varie de quelques millimètres à plus de 10 mètres.

Le lapiaz de fracture naît d'une roche morcelée par des fissures naturelles et des diaclases (fissures verticales) que l'eau agrandit par actions mécaniques et chimiques. Des crevasses sinueuses se forent qui sont parfois rapprochées pour former entre elles des arêtes coupantes d'autant plus minces que le calcaire est plus pur. Ou encore l'eau élargit d'immenses fissures larges de 1 à 5 mètres et profondes de 3 à 15 mètres qui constituent des lapiaz géants, les « karren », parfois découpées en blocs géométriques.

Ces champs de lapiaz sont finalement sculptés en tout sens et presque impossible à parcourir. Leurs formes varient selon la roche et le climat : alignement de crêtes émoussées séparées par des tranchées emplies de terre où croissent arbres et trous ronds comme tranches de gruyère sous climat méditerranéen, enchevêtrement de cannelures, de rigoles, d'arêtes et d'aiguilles à nu là où la neige persiste longtemps. Car les lapiaz peuvent être dénudés ou revêtus des produits de leur décomposition qui constituent dans les fissures un sol favorable à une végétation très diversifiée d'arbres, de broussailles et de fleurs composant des jardins étranges et souvent très beaux. Les acides humiques (fraction de l'humus) de ces poches de terre contribuent à l'attaque de la roche ».

Informations provenant de l'ouvrage, La Vie de la Montagne, Bernard Fischesser, p 61

JOUR 1

Départ pour le Pic de Bilagouer pour une belle vue sur la Vallée de Lescun et celle d'Ossau.

lescun-nikon1.jpg   

On arrive sur un ressaut et petite pause graines avec vue sur la vallée et ses vautours. Puis nous repartons vers le pic.

lescun-olym.jpg

Arrêt sur le col de Souperret (1920m) pour observer un gypaète en arrêt au-dessus de nos têtes. C'est très rare d'en voir d'aussi près. Le gypaète est le plus grand rapace d'Europe et est connu pour manger les os et la moelle une fois que les charognards se sont servis.

 

gypa.jpg 

Ici il est bien reconnaissable avec le dessous jaune orangé.

Nous montons au sommet pour admirer la vue. C'est l'automne, les couleurs sont magnifiques et contrastées avec le Pic d'Ossau et d'Anie soupoudrés de neige. Dans cette vallée, ce sommet offre un très beau panorama sur les sommets alentours.

lescun-nikon2.jpg

imgp0201.jpg

Pique-nique à l'abri du vent et redescendons au col de Souperret.

lescun-olym2.jpg

Ensuite nous faisons une boucle pour rejoindre le col de Sououbathou par l'est et redesscendons dans la vallée.

lescun-nikon3.jpg

Roche qui rappelle la présence de lapiaz dans le massif:lescun-nikon4.jpg

 

Bébé Salamandre.

 

Les prés bien verts

 

Retour à Lescun où se trouve notre gîte pour le weekend :

Apéro repas raclette et nous terminons avec un brulôt charentais (café froid réchauffé par le Cognac qui brûle dans la soucoupe et qui sera ensuite versé dans le café).

lescun-olym4.jpg

 

 

 

 

 

 

Quelques clichés de Lescun la nuit.

 lescun-olym3.jpg

JOUR 2

Pic d'Ansabère

Départ et nous suivons le sentier jusqu'aux cabanes d'Ansabère.

lescun-nikon5.jpg

Malheureusement sur le trajet j'ai eu une drôle de sensation dans la rotule droite et ai préféré rester aux cabanes pendant que mes compagnons iraient ascensionner le Pic. Le col pour l'atteindre semblait déjà enneigé de loin et il restait bien 700m de dénivelé et cela aurait pu m'handicaper pour la resdescente.

Les cabanes

lescun-nikon6.jpg

Clichés de l'ascension du Pic :

lescun-olym1.jpg

12h40, il me sembla que c'était eux tout là haut . Je zoomai, photo prise et me reposai.

 

Puis, après le sandwich du midi, petite sieste au soleil sous les petites rafales de vent (il devait souffler fort là-haut pour eux !), lorsque soudain de drôles de personnes firent leur apparition. Des amérindiens ? Davy Crockett ? Des trappeurs ? Suis-je en train de rêver? Que nenni! Ils étaient bien réels. Je m'approchai d'eux. C'était des grands passionnés de cette époque du nord-américain. Ils portaient les mêmes vêtements, accessoires, armes de l'époque XVIIIème dans le moindre détail. Ils faisaient des simulations de scènes de chasse et m'expliquèrent qu'ils se produisaient dans les festivals, intervenaient dans les écoles et s'organisaient des camps privés dans les montagnes. En effet leur camp se trouvait plus bas dans la forêt. Les tentes étaient constituées de toiles d'époque ainsi que leurs « bagages et systèmes de portages » qui étaient des reproductions fidèles de l'époque. Ils pesaient pas loin de 30 kg chacun avec une armature très inconfortable. Ils me dirent que leur accoutrement était bien fidèle à ce qu'ils portaient et qu'ils ressentaient tout de  même  le froid et l'humidité malgré les multi-couches (tissus et cuir)...

lescun-olym5.jpg

Vers 15 heures j' aperçus mes amis qui s'approchaient des cabanes, leur fis signe et redescendis ne sachant pas comment ma rotule allait se comporter dans la descente.

pb120123.jpg

J'arrivai sans encombre au véhicule assez déçue de ne pas avoir fait le Pic.

Retour au gîte : apéro au Jurençon puis spaghetti-bolo et brûlot.

lescun-olym6.jpg

JOUR 3

Direction Les Orgues de Camplong et le Pas d'Azuns.

Arrêt au parking et partons sur le sentier du bois du Braca d'Azuns. Les orgues sont au-dessus de nos têtes et nous évoluons dans un feuillage automnale assez coloré . Nous sortons de la forêt pour rejoindre la vallée glaciaires aux roches éparpillées sur un tapis vert.

lescun-nikon7.jpg

Nous montons vers une bergerie, la cabane de Cap de la Baitch dans la quelle on peut acheter du fromage à la bonne saison.

lescun-nikon8.jpg

Nous reprenons le sentier qui monte au pas d'Azuns. Le panorama est fabuleux et nous avons vu sur le Pic d'Ossau au loin qui trône ainsi que le Pic D'Anie tout près.

lescun-nikon9.jpg

On arrive au col, le vent souffle vraiment très fort. Nous décidons de longer les orgues pour avoir un peu plus de panorama.

Nous redescendons sur une pente très raide et caillouteuse et voyons l'entrée d'un puits (gouffre).

lescun-nikon10.jpg

Redescente sur la bergerie pour pique-niquer car les rafales deviennent plus violentes.

Pique-nique près d'un rocher où un chocard à bec jaune est venu nous montrer ses prouesses acrobatiques aériennes et s'est montré très intéressé par nos restes. C'est un oiseau omnivore et aussi charognard.

Redescente dans la forêt où la lumière dans le feuillage se fait encore plus belle.

lescun-nikon11.jpg

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.