Rando alpi: Pic du Taillon par la Brèche de Roland

 

Ascension Pic du Taillon, 8 mai 2011

Par le CD FFME 17

 

 

Départ samedi du plateau de St André à 2150 m et montée au refuge des Sarradets.

La météo prévoit des températures élevées et orages locaux, mais la pluie et les bourrasques violentes s’abattent sur nous lorsque nous atteignons le Port de Boucharo. Sur le sentier bien enneigé, nous sommes surpris par la présence de quelques ponts de neige. La visibilité se réduit au fur à mesure que nous montons, et la couleur de la neige vire du jaunâtre au marronâtre.

Vivement le refuge!

 

 

Enfin le refuge des Sarradets est visible. Il faut escalader l’échelle et enjamber la petite fenêtre pour enfin se retrouver à l’abri.

vue sur les Sarradets La fenêtre d'entrée!

Soulagement mais aussi déception à cause du mauvais temps et de nos affaires toutes trempées. Ma première pensée : investir dans des housses étanches pour y enfermer mes vêtements au sec en particulier ma doudoune compressible qui a passé le week-end mouillée suspendue dans le refuge. Un autre groupe de randonneurs est arrivé tout aussi dégoulinant et dégoûté de découvrir leur duvet trempé. Le dortoir (accessible par une échelle qui se termine dans un trou d’homme) était frais mais contient pas mal de couvertures, donc le sac à viande peut suffire. 

 

 

 

 

(Ce refuge est historique car il fut construit sur l’idée de Robert Ollivier (grand pyrénéiste) pour remplacer les grottes de Russell et Gaurier. C’est un des premiers refuges modernes construit en 1956 à 2587m et qui fut inauguré par Maurice Herzog, président du club alpin français.)

C’est l’heure de se confectionner les repas puis comme le temps ne s’arrange pas, nous montons faire la sieste à 15h30.

A 17h00 un orage semble éclater quelque part et il se met à neiger sérieusement. On commence à se demander ce que l’on va faire le lendemain car en ce samedi nous avions prévu une course d’arête sur les Sarradets.

 

 

Les Sarradets

 

Le soir apéro et dîner au milieu de tout ces vêtements qui dégoulinent de pluie. La neige tombe, ce qui permet d’en ramasser pour la faire fondre et manger.

 

Le lendemain, on se lève assez tôt et on découvre un paysage majestueux recouvert d’une bonne couche de neige fraîchement tombée. Petit déjeuner.

La Brèche depuis la fenêtre d'entrée

On prépare son matériel.

 

 

 

Baudrier, crampons, piolet, corde...Zut mes guêtres! Et on réescalade la fenêtre... et le zip de mes guêtres déraille pfff... 5 minutes après:

 

 

On s’encorde (3 cordées) et c’est parti pour l’ascension du Taillon.

 

 

Première cordée  Deuxième cordée

Troisième cordée

Il faut faire sa trace dans cette neige fraîche mais aussi assez lourde (pas de regel la nuit).

Vue sur le refuge des Sarradets

Nous profitons de ces paysages qui inspirèrent des écrivains romantiques du XIX. à la recherche de paysages aussi majestueux qu’effrayants reflétant leur trouble intérieur.

 

Voici quelques extraits du pyrénéiste Henry Russell qui relata ses expéditions et ascensions. Ces extraits donnent un aperçu de l'atmosphère qui peut régner sur ce site grandiose et riche d'histoires:

 

Arrivée à la Brèche de Roland et vue sur l’arête d’Ordesa.

Vue sur la vallée d'Ordessa depuis la Brèche (côté espagnol)Brèche de profil

 

La Brèche est connue pour cette légendaire anecdote où Roland (souvent présenté comme le neveu de Charlemagne) aurait fracassé son épée Durandal sur cette muraille de pierre à l’issue de la bataille de Roncevaux.

 

Mais cette brèche appartient surtout à l’histoire du Pyrénéisme. Ainsi en le 29 août 1828, la Duchesse du Berry y entreprit l’ascension sur une chaise de porteur pour ensuite finir en crampons. Puis Henry Russell, un des pionniers du pyrénéisme apporta sa touche en creusant des grottes dans ce massif afin de s’y abriter et que ces montagnes soient plus accessibles. De plus il tenait à conserver l’esthétisme de leurs versants car y construire une cabane relevait d’une faute de goût.

Par ailleurs c’était aussi le passage de bien des contrebandiers et aussi de bergers qui passaient d’une vallée à l’autre à la recherche de verdure pour leur bétail.

Ensuite nous longeons la brèche vers le SO et arrivons à la hauteur du doigt (la fausse brèche ou anciennement le Pic Bazillac) et continuons sur l’arête.

Le long de la Brèche

Le doigt ou Pic de Bazillac

Petite pause au col et nous ascensionnons le sommet du Taillon (3146m).

La vue est splendide mais il faut faire attention lorsque nous longeons la corniche (elle peut céder sous notre poids et c’est la saison des avalanches de fonte !) Nous admirons la vallée d’Ordesa. Le vent frais souffle et des cumulus arrivent.

Enfin au sommet!

Autres extraits de Henry Russell ayant ascesionné le Pic du Taillon:

Nous redescendons et passons sous la brèche où la neige fond à grande vitesse et des blocs de 5 à 10 kg s’en détachent.

Redescente au refuge des Sarradets : la neige fond, les pieds s’enfoncent profondément et je me retrouve souvent déséquilibrée et le derrière dans la neige bien lourde et mouillée.

Descente dans une neige très molle...

On mange, fait les sacs et repart au véhicule sur cette même neige lourde et en évitant les ponts de neige.

Dernier regard sur le Taillon

On enlève les crampons et c'est presque la fin...

Un très beau dimanche au Taillon !

L'équipe au complet au sommet du Taillon

Commentaires (6)

maria vittoria bonicelli
  • 1. maria vittoria bonicelli | 15/05/2011
immagini molto belle, emozionanti!!!complimenti!!!!
Lucile
  • 2. Lucile | 16/05/2011
Très sympa avec les rappels historiques, un peu de culture dans ce monde de montagnards qui ne lisent que le catalogue Expé !
Laëtitia
  • 3. Laëtitia | 22/05/2011
Se claquer le mollet dans un tel décor et au cours d'une telle ascension devient de l'héroïsme ; on peut en parler avec fierté et votre auditoire se tait béat d'admiration... Malheureusement tout le monde n'a pas la même façon de gravir des sommets!
Cagouillarde
  • 4. Cagouillarde (site web) | 22/05/2011
Je rassure tout le monde, il n'y a pas eu de claquage ou de bobos...
bernard imbert
  • 5. bernard imbert | 21/07/2011
Bonjour, voici une belle rando. Superbes photos que les commentaires, ça donne envie d'y aller; Merci
Eddy Goubinat
  • 6. Eddy Goubinat | 16/09/2012
Je viens de découvrir votre site, via 1 lien se trouvant sur le forum "Quechoua" !
Très belles photos, très belles randonnées, et superbe site :)
Eddy !

Voir plus de commentaires

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×