Rando bivouac. Val. De La Tena

Rando bivouac, vallée De La Tena

 Vallee de tena

Départ :  Barrage de L’Embalse de Lasarra.

On emprunte le sentier GR11 très prisé des randonneurs locaux et des familles car la montée au refuge de Respomuso se fait en 2h30 (800m D+).

 Soulagées nous nous munissons de nos sacs chargés pour deux jours avec bivouac. Le sentier monte très progressivement dans la vallée et longe le Rio Aguas Limpias. En ce 13 juillet, nous remarquons de suite la richesse floristique de cet environnement. Le chemin est aussi ponctué de cascades et ruisseaux bien rafraîchissants. Puis au tournant nous longeons le Barranco de Respomuso dont les flots s’engouffrent parfois sous des névés encore présents.

 Puis au loin nous apercevons le barrage ainsi que la chapelle bâtie en 1954. Pause déjeuner à l’écart des randonneurs nombreux La retenue d’eau impressionne par sa couleur bleu lagon où des îles semblent émerger au loin ainsi que des péninsules joliment arborées.

Nous continuons pour traverser un ruisseau qui mène au refuge. Puis le sentier nous entraîne dans un paysage vallonné enchanteur qui nous fait découvrir des lacs qui s’enchainent par étage. Sur la droite le vieux refuge semble complètement à l’abandon. Puis face à la grande Fache, une grande étendue se déroule derrière un barrage et autres constructions en bétons qui ne servent à rien. Nous traversons les torrents alimentés par la fonte des névés et contournons  l’Ibon de Campo Plano pour installer notre bivouac sur une vaste prairie bien verte surplombée par des sommets encore bien enneigés.

 

Nous installons près d’une aire entourée de murets qui feront l’affaire pour nous couper du vent pendant notre dîner. Pause thé et trempette dans le torrent à quelques dizaines de mètres. Tout autour rien ne semble bouger. Mais avec attention on peut surprendre des marmottes en train de jouer ou un isard qui prend la fuite devant des randonneurs en altitude.

 

Apéro-time en compagnie de vaches bien curieuses et aux sonnailles mélodieuses, puis repas. Le vent est frais, vraiment frais. Sous les tentes ça commence à bien souffler et le nuit sera ponctuée de petites averses de pluie fine.

 Le lendemain.

Lever 7H30. Ciel bien dégagé. On prend le petit déjeuner puis on range tout. On reprend un sentier qui contourne le lac et qui monte vers le pic de Musales. Il faudra encore franchir des torrents dont le débit est très impressionnant et nous oblige parfois à repartir en arrière pour trouver un endroit propice. Il fait déjà chaud et des marmottes bien réveillées se prélassent sur les rochers. Nous traversons quelques névés et jetons des coups d’œil derrière nous pour admirer l’ensemble de ces lacs aux eaux indigo qui se juxtaposent au fond de la vallée.

 Soudain nous voyons un gros névé très raide sur la dernière portion à ascensionner. Nous sentons un air frais nous parcourir l’échine et nous ressortons la veste. Nous décidons de le contourner par la droite et nous retrouvons sur une pente rocailleuse et herbeuse extrêmement raide, certainement seulement pratiquée par les moutons. Il faut bien prendre ses appuis et nous sentons que les mollets travaillent durement. Enfin nous arrivons au niveau de l’arête et nous continuons avec cette vue à 360° jusqu’au sommet à 2653m. Nous redescendons sur une pente abrupte aux rochers taillés en lames effilées pour atteindre le col. Il fait encore très chaud mais ce ne sera que le début. Nous redescendons de l’autre côté pour trouver une croupe d’herbeuse. Pause déjeuner.

 La redescente se fera dans un décor sauvage bien caractéristique de cette vallée ponctuée parfois d’une rencontre furtive avec une marmotte.

Très belle vallée entourée de beaux et hauts sommets et arêtes crénelées !

Cliquez sur le diapo por découvrir la balade!

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.