Rando: Petit Vignemale

 

Le Petit Vignemale

17-18 Septembre 2011

Par le CD FFME 17

 

 

Objectif de ce weekend : montée au refuge de Baysselance depuis le barrage d’Ossoue. Après-midi : révision des manips  pour la traversée du Vignemale en course d’arrête avec redescente sur le glacier d’Ossoue. Néanmoins la météo n’était pas propice donc on a revu nos objectifs.

JOUR 1

Départ du barrage d’Ossoue à 10 heures une fois le matériel vérifié et embarqué.

Le ciel bleu se pare de cumulus au fur et à mesure que nous montons.

Nous repérons un névé en pont de neige.

Des marmottes peu farouches se redressent sur notre passage.

 

 

Cascades, torrents, paysages grandioses à chaque détour...

Petite pause:

Vérification du dénivelé

Nous passons devant les grottes de Bellevue construites par Henry Russell, un peu en dessous du glacier d'Ossoue (aujourd'hui au bord du GR 10), à 2400 m d'altitude.

Russell habita ses grottes pendant plusieurs jours et organisa de somptueuses réceptions avec amis et personnalités de classe aisée...

 

COUNT HENRY RUSSELL

 

Puis un panneau nous indique que le refuge est proche.

Sentier vers le glacier d'Ossoue

On aperçoit le glacier d'Ossoue.

Vue sur le glacier d'Ossoue

On passe la barre rocheuse et le paysage change.

Aspect très minéral allant du granite aux couches calcaires et autres roches issues des érosions glaciaires qui façonnèrent ce massif vous invite déjà dans des tableaux rocailleux aux couleurs, formes et textures bien contrastées.

Il est près de 13 heures lorsque soudain le refuge apparaît sur ces roches rouges très découpées où se dressent de nombreux caïrns. (Montée en 3 heures à peine: 900m de dénivelé+)

 

 

 

 

L’architecture même du refuge lui donne un aspect organique .

Il fut construit en 1889

A l'origine, de taille très modeste, le refuge possède depuis le réaménagement important de 1938, une structure gigogne qui rend sa silhouette très caractéristique. Construit en pierres, selon la technique ogivale, comme son aîné le refuge de Tuquerouye : construction massive en voûte ogivale ayant pour but de fournir un abri pour la nuit, matériaux pris sur place, peu d'ouvertures, l'agrandissement ultérieur se faisant en prolongeant longitudinalement ou en croix…

C’est Adrien Bayssellance, alors président de la section sud-ouest du CAF et maire de Bordeaux, qui décide en 1898 de faire édifier un bâtiment au pied du Vignemale, sur le versant est de la Hourquette d'Ossoue. Conseillé par le conte Russel et par Vallot, il choisit une construction voûtée...

 

Adrien Baysselance à l'intérieur du refuge

 

Touriste fervent de notre région pyrénéenne, monsieur Bayssellance avait publié antérieurement à 1872, un relief aux 1/40 millièmes des montagnes de la vallée d'Ossau, qui est le fruit de vingt-cinq années de courses et de travail. Un exemplaire de ce relief et déposé au musée de Pau et un autre dans l'établissement des Eaux-Bonnes. Il a été fait une vue à vol d'oiseau de cette belle vallée d'après une photographie de ce relief. Monsieur Bayssellance avait écrit à cette même époque divers articles sur les Pyrénées et sur les traces de la période glacière dans la vallée d'Ossau en particulier. Ces articles furent insérés dans le bulletin de la société Ramond et dans l'annuaire du Club Alpin.

Pause pique nique à l’intérieur du refuge, puis comme la météo est encore clémente nous ressortons pour apprendre, revoir les manips nécessaires pour la course du lendemain.

 

 

Nous nous installons en contre bas à la recherche de relief et roches qui s’apprêtent aux exercices. Difficile d’en trouver . Néanmoins, nous, les novices du groupe apprenons à faire nos anneaux de buste.

Nous simulons des situations en cordées avec les différents points d’assurage.

Reconnaissance de matériel avec différenciation entre coinceurs (et outils pour décoincer) et « friends ».

 

Ensuite nous nous rapprochons du refuge, car il fait froid mais continuons à revoir les nœuds en particulier le «cabestan » à faire d’une main.

 

Moi à la tâche

Un dernier regard vers le massif du Vignemale de peur qu'i ne disparaisse la journée suivante.

 

18h30 : Dans la vallée le brouillard monte et on devine au loin la Bréche de Roland.

 

Puis on s’installe dans les dortoirs et on s’attaque à l’apéro puis repas.

Jour 2

Lever 6h00 et petit déj à 6H30

7H15 : on est dehors. Le soleil ne se lève pas. C’est la purée de pois et il fait froid. On ne sait pas trop quoi enfiler : polaire, pas polaire en dessous du coupe-pluie.

C’est parti pour le Petit Vignemale car son grand frère est invisible.

Au fur et à mesure de notre progression dans le brouillard, on remarque que la roche est bien humide et ne sèchera pas. On arrive au sommet et au loin un pic nous salut au milieu d’un océan de brume.

 

 

Pause au sommet du Petit Vignemale

 

Sommet atteint à 8h00 du matin (par 2°C)

La progression s’arrête là, car il fait seulement 2°C et il commence à bruiner.

On redescend vers le refuge, puis vers le véhicule sous le crachin (1100m de dénivelé négatif).

On devait découvrir le glacier d’Ossoue à la redescente, mais on l’a jugé inutile à cause du temps et du manque de visibilité.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×